Blog du projet éolien de Charix

FAQ - Discussion autour du projet

Quel est le rôle de cn'air ?

CN’Air, filiale à 100% de la Compagnie Nationale du Rhône, assure le développement, l’investissement, la réalisation et l’exploitation des nouveaux moyens de production d’électricité renouvelable de sa maison-mère, dans les domaines éolien, photovoltaïque et hydroélectrique.  

 

Une séparation juridique a ainsi été faite entre les aménagements hydrauliques liés à la concession du fleuve Rhône (concession reçue de l’Etat en 1934), et les autres actifs situés en dehors du périmètre réglementaire de la concession.

En quoi consiste l’étude de gisement éolien ?

L’étude de gisement éolien se déroule en plusieurs phases.

 

Un pré-diagnostic permet de confirmer le potentiel du site,  à partir de bases de données et d’une première modélisation du relief.

 

Une campagne de mesure de vent est ensuite mise en place afin d’acquérir des données plus précises concernant les conditions de vent (vitesse, direction) sur la zone de projet.

 

Ces enregistrements sont ensuite corrélés à des données météo long-terme, afin de déterminer avec précision les conditions de vent au niveau de la zone de projet.

 

Ces résultats permettent de valider la production électrique attendue du projet éolien. La vitesse et la direction du vent orientent le choix vers le gabarit de l’éolienne (puissance, hauteur, taille du rotor) et la configuration du parc (distance entre les éoliennes) pour éviter que les turbulences engendrées derrière chaque éolienne n'affectent la production énergétique des éoliennes situées plus en aval.

Quel est le temps de retour sur énergie d’une éolienne ?

Le Temps de Retour Energétique (TRE) correspond au temps nécessaire à une installation énergétique pour produire l’équivalent de toute l’énergie utilisée pour sa production, son exploitation et son recyclage.

 

L’éolien présente l’un des TRE parmi les plus courts de tous les moyens de production électrique : les calculs sur le parc français montrent que l’énergie nécessaire à la construction, l’installation, l’exploitation, le démantèlement et le recyclage d’une éolienne est compensée par sa production d’électricité en 12 mois.

 

En d’autres termes, sur une durée de vie de 20 ans, une éolienne produit 19 fois plus d’énergie qu’elle n’en nécessite pour sa construction, son exploitation et son démantèlement. (Source : Les avis de l’ADEME - Energie éolienne – Avril 2016)

Quand le positionnement des éoliennes sera-t-il connu ?

Les différentes études qui ont débuté pendant l’été 2016 et prévues pour durer un an, vont permettre de définir différentes variantes d’implantation issues des enjeux identifiés par l’étude d’impact et des contraintes techniques du site (vent, relief).

 

Une permanence publique sera organisée pour présenter ces éléments et recueillir les différents avis.  Le choix de l’implantation sera arrêté suite à cette permanence. Il permettra de préparer le dossier de demande d’autorisation pour la construction et l’exploitation du parc éolien.

Comment les autres projets éoliens sur le territoire sont-ils pris en compte ?
Au titre du code de l’environnement, dans le cadre d’une demande d’autorisation pour un projet éolien, l’évaluation environnementale doit intégrer tous les projets éoliens exploités ou projetés à proximité. L’étude d’impact sur l’environnement du projet d’Echallon évaluera les impacts cumulés de ce projet, avec les autres projets connus sur le territoire.
Une étude géotechnique a-t-elle été réalisée ?

La zone de projet se trouvant a priori sur un relief karstique, une analyse hydrogéologique du site est incluse dans l’étude d’impact sur l’environnement, avant l’instruction du dossier par les services de l’Etat.

 

L’étude géotechnique complète intervient après l’obtention des autorisations nécessaires à la construction et à l’exploitation du parc éolien. Elle permet de définir le type exact de sol, la profondeur d’assises, le type de fondation et les volumes de matériel nécessaire au chantier.

Comment se déroule la procédure d’autorisation du projet ?

Pour réaliser un projet éolien, une demande d’autorisation environnementale est faite auprès des services de l’Etat qui l’instruisent pendant plusieurs mois et recueillent les avis de l’Autorité Environnementale, de la Commission Départementale de la Nature, des Sites et Paysages et des conseils municipaux concernés (celui d’Echallon et ceux du périmètre de l’enquête publique).

 

Un des éléments importants de ce dossier est l’étude d’impact qui vise à appréhender les conséquences du projet sur l’environnement dans le respect des textes réglementaires, en prenant en compte les enjeux et les sensibilités des territoires et dans l’objectif de partager avec le public les motivations du projet, les démarches entreprises et les effets attendus.

 

Une fois le dossier déclaré complet et régulier, il est mis à enquête publique période durant laquelle il sera consultable par tous. C’est à l’issue de ce processus d’instruction, prévu sur une période de 10 mois, que la décision finale sera prise par arrêté préfectoral.

Plus d’informations sur l’autorisation environnementale

Comment le parc éolien sera-t-il raccordé au réseau ?

Le parc éolien est raccordé sur le réseau public de distribution d’électricité. Lorsque le projet est autorisé, une demande de raccordement est réalisée auprès du gestionnaire de réseau Enedis (ex ERDF). Enedis choisit le poste de transformation auquel le parc doit être raccordé, en fonction des contraintes qui existent sur le réseau, et réalise les travaux de raccordement. Le coût des ouvrages propres au raccordement d’un projet est financé par le porteur de projet.

 

Des Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des Energies Renouvelables (S3RENR) ont été élaborés pour garantir l’adaptation des réseaux de transport d’électricité pour accueillir l’électricité d’origine renouvelable. Les travaux nécessaires à l’adaptation du réseau sont financés via une quote-part, payée par les acteurs qui souhaitent raccorder une centrale de production d’énergie renouvelable au réseau, proportionnellement à la puissance de l’installation.

Qui se charge de l’aménagement et de l’entretien des chemins d’accès au parc éolien ?

L’installation des éoliennes nécessite l’aménagement des chemins communaux existants et la création de nouveaux chemins pour permettre le passage de convois volumineux. Les travaux nécessaires à l’aménagement de ces chemins sont à la charge du porteur de projet.

 

Les voies d’accès seront ensuite utilisées pour la maintenance du parc éolien. Elles pourront également être utilisées par les forestiers et les visiteurs du parc, et seront praticables pour les services de secours. Leur entretien sera sous la responsabilité de l’exploitant (CNR).

L’exploitation du parc éolien est-elle compatible avec les épisodes de neige et de givre sur le site ?

C’est un paramètre qui est pris en compte dans l’estimation de productible. Il peut y avoir des arrêts d’exploitation liés au givre, et il est nécessaire d’estimer la perte de production qu’ils entraînent.

 

En règle générale, les éoliennes se mettent en position de sécurité quand les conditions météo sont réunies pour la formation de givre. Pour remettre alors le parc en fonctionnement, la disparition du givre doit être vérifiée. Certains systèmes permettent de détecter sa présence sur les pales, ce qui évite l’intervention d’un technicien à chaque mise en sécurité, et permet de minimiser les temps d’arrêt.

 

Une autre solution technologique pour minimiser ces arrêts est la mise en place de pales chauffantes. Une petite partie de l’électricité produite par l’éolienne est alors utilisée pour alimenter des résistances qui font chauffer les pales et limiter la formation de givre. L’éolienne peut alors continuer de fonctionner normalement.

Que se passe-t-il à l’issue de l’exploitation du parc éolien ?

L’exploitation du parc éolien est prévue pour 25 ans. Après cette période, plusieurs alternatives sont envisageables :

 

- les éoliennes peuvent être remplacées par des éoliennes de nouvelle technologie, plus performantes, et l’exploitation du parc éolien reprend alors pour 25 nouvelles années ;

 

- le parc éolien peut être démantelé et le site remis en état. La règlementation prévoit l’excavation des fondations sur une profondeur minimale de 2m, et la constitution de garanties financières au moment de la construction du parc éolien, réactualisées tout au long de l’exploitation du parc, pour le financement du chantier de démantèlement.